La baignade a été interdite aux étangs de Hollande jusqu'à nouvel ordre. Un exemple de plus sur l'accélération de la dégradation des plans d'eau de surface. Le développement des cyanobactéries au-delà du seuil réglementaire a déclenché cette interdiction de baignade car ces bactéries peuvent dégager certaines toxines qui peuvent être extrêmement toxiques pour l'homme. Comme le souligne l'article, plusieurs causes peuvent être citées comme la baisse du niveau d'eau due aux fortes chaleurs records que nous observons depuis un an (signe fort du réchauffement climatique), l'apport excessif de nutriments dans le plan d'eau de par les activités humaines à proximité (nitrates, phosphore, ammonium, etc.)

Ainsi, nous constatons par cet exemple, loin d'être un cas isolé, que les problématiques d'eutrophisation et de dégradation générale des plans d'eau de surface sont trop peu prises en compte par les organismes gestionnaires. Il paraît plus que nécessaire de proposer un traitement aval et ne pas se cantonner exclusivement à un traitement amont (stations d'épuration, etc.) au demeurant indispensable. 

 

Article echo républicain etangs de hollande